France Relance soutient dix entreprises du Territoire d’industrie

France Relance soutient dix entreprises du Territoire d’industrie

Lancé fin 2018, le programme national Territoires d’industrie est une des clefs de voûte du plan France Relance déployé par l’Etat pour limiter les effets de la crise sanitaire sur l’économie. Dix entreprises du Territoire d’industrie Nevers Val de Loire bénéficient, entre autres grâce au Fonds d’accélération des investissements industriels, d’une aide financière à la réalisation de leurs projets, qui leur permettra de maintenir et de créer des emplois.

Le bilan d’étape du Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires a été présenté, mardi 23 février, par la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher. Ce turbo dans le moteur déjà puissant du programme national Territoires d’industrie (1) n’a qu’une mission, énoncée dans son intitulé : éviter le report voire l’annulation des investissements prévus par les entreprises et les aider ainsi à maintenir une compétitivité qui pourrait être précieuse en sortie de crise. «C’est aujourd’hui que nous devons investir pour bâtir la France de 2030 », a souligné la ministre.

Lancé à l’automne dans le cadre du plan France Relance, le Fonds d’accélération a été doté de 400 millions d’euros destinés à financer les projets industriels les plus structurants pour les territoires (création et extension de site, modernisation, nouveaux équipements, etc.), dont la mise en œuvre peut débuter dans les 6 à 12 mois. Autre critère de sélection, « un impact sociétal et économique fort » : maintien et création d’emplois, décarbonation, formation, etc.

Six mois après son démarrage, le Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires a atteint son but, selon Agnès Pannier-Runacher : 448 projets ont été soutenus en 2020, bénéficiant au total de 240 millions d’euros d’aides de l’Etat, pour un investissement industriel global de 2,29 milliards d’euros. La dynamique s’est poursuivie sur le début d’année, à tel point que l’enveloppe de 400 millions d’euros, initialement prévue pour tenir jusqu’à la fin 2022, est déjà consommée. La ministre a obtenu une enveloppe supplémentaire d’un milliard d’euros répartie entre trois dispositifs : 700 millions pour « l’industrie du futur » et 300 pour le Fonds d’accélération et l’appel à projet « Résilience », destiné à réduire la dépendance vis-à-vis des fournisseurs extra-européens.

A l’échelle du Territoire d’industrie Nevers Val de Loire, quatre entreprises ont été retenues parmi les lauréats (sur 47 pour la Bourgogne-Franche-Comté) :

  • Nexson Group (Garchizy, fabrication d’échangeurs thermiques soudés),
  • Cassier (Cercy-la-Tour, transports routiers et tri de pneumatiques usagés),
  • SERTIP (Varennes-Vauzelles, sérigraphie industrielle),
  • TCT (Sauvigny-les-Bois, fabrication de noyaux magnétiques et de composants passifs bobinés).

Six autres entreprises de Nevers Val de Loire ont bénéficié du soutien des Fonds de modernisation automobile et aéronautique de France Relance :

  • Geficca (Cosne-sur-Loire, pièces moulées en caoutchouc),
  • Privtech Engineering (Magny-Cours, développement de moteurs de compétition et de bancs moteurs),
  • Danielson Engineering (Magny-Cours, conception de démonstrateurs technologiques),
  • Oreca (Magny-Cours, conception de moteurs thermiques de compétition et d’un moteur thermique et hybride à neutralité carbone),
  • Mygale (Magny-Cours, développement de voitures de course et d’un prototype F4 Génération 2 avec Oreca),
  • Ligier Automotive (Magny-Cours, construction de voitures de course).
  1. Mis en route en novembre 2018, ce programme mobilise 148 Territoires d’industrie en France, dont les projets sont appelés à se partager 1,36 milliard d’euros.
Être un fer de lance de la relance

Être un fer de lance de la relance

Le Territoire d’industrie Nevers-Val de Loire n’a pas échappé au ralentissement général provoqué par la crise sanitaire mondiale. Mais la dynamique et la motivation sont intactes, comme l’a montré le comité local de projet lors de sa réunion du 27 novembre. La fragilisation de l’économie rend même plus nécessaire que jamais la mise en route des actions définies de concert par les industriels et les élus, bien déterminés  rattraper en 2021 le temps perdu cette année.

 

Entre l’amphithéâtre de Nevers Agglomération et la visio-conférence, 35 personnes ont assisté et participé à la réunion du comité local de projet du Territoire d’industrie Nevers-Val de Loire, vendredi 27 novembre. Une affluence que n’ont pas érodée les huit mois mouvementés de crise sanitaire mondiale, au grand soulagement de Jean-Christophe Trontin, copilote du seul Territoire d’industrie nivernais aux côtés de Denis Thuriot, maire de Nevers et président de Nevers Agglomération : « Si nous sommes tous présents un an après la mise en place de ce comité de pilotage, c’est parce que notre motivation est intacte, alors que 2020 a été éprouvante pour nous tous. »

Communes, communautés de communes, communauté d’agglomération, entreprises industrielles de toute taille, de la TPE à l’aciérie, mais aussi services de l’Etat et de la Région : tous les acteurs du territoire sont d’autant plus sensibles aux effets en cascade de la crise née en mars que celle-ci n’épargne désormais personne. « Nous devons être tous ensemble les acteurs de la relance », a insisté Denis Thuriot en préambule. « Un tiers des 100 milliards d’euros du Plan de relance va être utilisé dès 2021 ; le dispositif Territoires d’industrie était déjà une forme de relance, en faire partie va nous aider pour la suite, car ce plan national va être un accélérateur de nos projets et de nos investissements. »

De fait, la dynamique lancée en 2019 par les industriels et les élus de l’axe ligérien, de Decize à Cosne-sur-Loire, et qui hissait le territoire parmi les plus actifs de Bourgogne-Franche-Comté, a souffert des deux épisodes de confinement et de leur entre-deux plombé d’incertitudes. « Nous avions pas mal avancé avant la crise sanitaire. Nous sommes désormais prêts à relancer la dynamique et à mener des actions très concrètes », a martelé Denis Thuriot, tandis que Jean-Christophe Trontin confirmait en écho : « Puisque nous n’avons pas fait tout ce que nous devions faire en 2020, il faut rattraper ce temps perdu sur la réalisation des fiches actions. »

Participant pour la première fois au comité local de projet de ce « levier très efficace pour l’émergence des projets industriels », la secrétaire générale de la préfecture, Blandine Georjon, a précisé que cinq entreprises du territoire avaient d’ores et déjà reçu le soutien financier de l’Etat dans le cadre du plan de relance : Cassier, Nexson, Oreca, Ligier et Danielson. D’autres nouveaux dispositifs, comme le Fonds friches, constituent également de nouvelles pistes de financement pour les projets de Nevers-Val de Loire, qui pourront profiter de l’arrivée du sous-préfet à la relance, attendu en janvier prochain.

Présenté par David Szymyslik, chef de projet du Territoire d’industrie, le tour d’horizon des huit fiches actions définies en 2019 a confirmé l’impact de la crise sanitaire – mais aussi des élections municipales – sur le calendrier, en particulier aux 2e et 3e trimestres. La reconversion des friches industrielles arrive ainsi à l’étape de la sélection de trois sites nivernais, pour lesquels une étude technique et financière devra être menée.

Sujets cruciaux, la formation et le recrutement ont pâti eux aussi des turbulences de 2020 ; la Semaine de l’industrie a été annulée et l’organisation de l’édition 2021 est incertaine, tandis que le projet de plaquette et de film de promotion du territoire est au stade de l’appel d’offres et devrait prendre corps au premier trimestre 2021. Pour faciliter les embauches et résoudre le problème souvent délicat de l’emploi du conjoint, l’ensemble du Territoire d’industrie peut s’appuyer sur la Cellule accueil de Nevers Agglomération, comme l’a rappelé Denis Thuriot.

L’écologie industrielle territoriale (EIT), qui doit aider les entreprises à améliorer leur performance environnementale, et la valorisation de la forêt nivernaise via une usine de bois lamellés collés sont deux actions simplement retardées dans leur avancée. L’horizon semble en revanche plus incertain pour la fabrication additive métallique et pour la Communauté industrie du futur 4.0. Clef de voûte du Territoire d’industrie, les binômes élus-industriels seront sollicités en 2021 pour remobiliser les entreprises et leur exposer l’offre de service qui peut leur permettre de relancer leur activité.Un rôle auquel Jean-Christophe Trontin, comme ses collègues industriels des binômes, est particulièrement attaché: « C’est une grande fierté et une grande responsabilité de s’engager pour faire avancer ce territoire. »

Réunion du Comité Local pour un point d’étape – Vendredi 27 novembre

Réunion du Comité Local pour un point d’étape – Vendredi 27 novembre

Le Comité Local Territoire d’industrie Nevers Val de Loire se réunira vendredi 27 novembre à 15h30, pour procéder à une revue complète du projet et de ses enjeux.

 

Cette rencontre sera l’occasion de faire une revue de détail des actions et projets engagés, près d’un an après la signature du contrat, le 18 décembre 2019.

En présence des binômes élus/industriels de chaque territoire, mais également avec les représentants de l’Etat et de ses opérateurs, la Région, les partenaires économiques et les parlementaires de la Nièvre.

 

Organisée dans l’amphithéâtre de Nevers Agglomération, cette réunion est soumise à un strict respect des contraintes sanitaires actuelles, avec une jauge maximum de 30 personnes.

Toute participation est donc soumise à une inscription préalable.

VTE dans les Territoires d’industrie : faites confiance à un jeune diplômé !

VTE dans les Territoires d’industrie : faites confiance à un jeune diplômé !

Le dispositif VTE – Volontariat Territorial en Entreprise a été initié en novembre 2018, pour favoriser l’accueil des jeunes diplômés au sein des PME et ETI, trop souvent négligées par les candidats lors de leur première expérience professionnelle.

Et pourtant, le choix d’intégrer une PME peut s’avérer tout à fait payant. C’est souvent une occasion de se confronter à des postes à responsabilité. Bien plus rapidement que dans un grand groupe industriel, où le poids de la hiérarchie est plus lourd.

Proximité avec le dirigeant, implication au sein du comité de direction, autonomie et prise d’initiative… une telle expérience permet de révéler son potentiel professionnel et managérial.

Et pour les entreprises, l’accueil d’un jeune diplômé est l’occasion de franchir un cap de développement : mise en place de nouvelles méthodes de travail, saut technologique, prise du virage du digital, conquête d’un nouveau marché ou déploiement d’une innovation…

Pour toutes les entreprises qui sont implantées sur le périmètre d’un Territoire d’industrie, le gouvernement a prévu un coup de pouce au recrutement d’un jeune diplômé en VTE :

  • Une aide financière de 4000 euros pour l’entreprise (sous forme de subvention Etat / Banque des Territoires)
  • Une aide à la mobilité pour le jeune diplômé, jusqu’à 1200 euros, pour réduire le coût de son installation (aide versée par Action Logement, sous conditions)

L’ambition du dispositif est d’atteindre 1000 VTE signés dans les Territoires d’industrie.

Le dépôt de la demande de subvention se fait en ligne, en utilisant cette plateforme.

Economie d’énergie et transition écologique : profitez d’un accompagnement par étapes

Economie d’énergie et transition écologique : profitez d’un accompagnement par étapes

Pour augmenter la performance et la compétitivité de votre entreprise, avez-vous pensé à vérifier que votre consommation d’énergie était maîtrisée et adaptée ?

Trop souvent, ce poste de dépense est sous-évalué par le dirigeant, par habitude, négligence ou ignorance.

Il s’agit pourtant d’un enjeu de plus en plus important, compte-tenu de l’augmentation constante des coûts de l’énergie.

 

Vous ne savez pas par où commencer ? Et si vous faisiez appel à un spécialiste, pour analyser vos factures ?

Il pourra :

– Vérifier avec vous que votre offre est en adéquation avec votre consommation.

– Rechercher pour vous des solutions techniques plus vertueuses.

– Faire des préconisations sur les bons gestes à adopter, pour réduire le gaspillage.

 

Animé par l’Ademe et la Région, le réseau RT2E (Réseau régional de la transition écologique et économique) est représenté dans la Nièvre par deux structures :

 

  • La Chambre de Commerce et d’Industrie
  • La Chambre de Métiers et de l’Artisanat

Chacune d’entre elles peut vous accompagner, en vous orientant vers le dispositif le plus adapté :

  • Visite Energie (CMA ou CCI – gratuit)
  • Diagnostic Energie (CCI – reste à charge de 40% pour l’entreprise)
  • Audit des flux de l’entreprise « Diag éco flux » (CMA ou CCI – coût variable)

Dans le cadre du Contrat Territoire d’Industrie, ces accompagnements sont accessibles prioritairement sur le périmètre « Nevers Val de Loire ».

 

Alors n’attendez plus : votre transition écologique pourrait bien commencer par des gestes simples !

Pour plus d’informations :

Site internet PERF

Je réalise des économies sur l’énergie, l’eau et les matières premières.

France Relance, un plan de 100 milliards d’euros annoncé, dont 35 milliards pour l’industrie

France Relance, un plan de 100 milliards d’euros annoncé, dont 35 milliards pour l’industrie

Afin de redresser rapidement et durablement l’économie française, le Gouvernement a annoncé un plan de relance inédit par son ampleur : 100 milliards d’euros.

Baptisé France Relance, ce programme de soutien vise à préparer la France de demain, et doit permettre d’engager la mue de notre économie autour de 3 volets principaux :

  • L’écologie, et donc la transition vers une économie plus verte et durable
  • La compétitivité des entreprises, pour leur donner les moyens de se développer, d’embaucher, d’innover
  • La cohésion, entre les territoires, entre les générations, pour ne pas oublier les plus faibles et fragiles d’entre nous

 

De manière plus précise, le secteur de l’industrie bénéficiera d’un soutien de près de 35 milliards d’euros.

Un guide pratique a été spécialement édité par les services du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance. Il rassemble les mesures mobilisables par les TPE, PME et les ETI industrielles, afin de les soutenir dans la reprise de leur activité

 

Et pour que chaque entreprise puisse se saisir de ce plan, le Gouvernement a confié une mission aux Direccte et au réseau des CCI. Il s’agit d’entrer en contact avec 30 000 PME et ETI sur l’ensemble du territoire national.

 

Chacune d’entre elles sera appelée individuellement et questionnée sur ses besoins, pour bénéficier au mieux des mesures disponibles.

 

Sommaire du guide et aperçu des mesures

Pour plus d’informations :

https://www.economie.gouv.fr/plan-de-relance